Site créé et maintenu par
Jean-Marc Warszawski

Discographie

 

    Sommaire du site    Retour

 

À propos du site
Sabonner au bulletin
Auteurs publiés sur le site
Statistiques du site

Annonces

Biographies
Bibliographies
Fiches thématiques
Articles et documents
Publications numérisées 

Analyses musicales
Cours d'écriture

Vu & lu sur la Toile
Brèves
Chronique
Logiciels
Presse internationale
Forums et listes

Colloques
Universités françaises
Universités au monde
Bibliothèques
Brèves universitaires
Quelques éditeurs
Quelques institutions

Nouveaux livres
Périodiques

 

Recherche sur DiscorEm

Mot exact


résultats par page

 

Costeley Guillaume
vers 1531-1606

 

Musicque
Mignonne allons voir si la rose
Quand le berger veid la bergère
Las je n'yray plus ne n'yray pas

Ensemble A Sei Voci
enregistré en 1988


2290 45010, 1990

  1. Allons gay, gay, gay, Bergere
  2. Arreste un peu, mon coeur
  3. Toutes les nuitz, je ne pense qu'en celle
  4. O belle Galathee
  5. Fy du plaisir
  6. Quand l'ennuy facheux vous prend [fichier MIDI ]
  7. Sy c'est un grief tourment
  8. L'ennuy, le dueil
  9. Las je n'yray plus je n'yray pas
  10. Mais que sert la richesse à l'homme
  11. Quand le Berger veid la Bergere
  12. Je plains le tems de ma jeunesse folle
  13. Mignonne allon voir si la Roze [fichier MIDI ]
  14. Sus, debout gentils pasteurs
  15. Las je n'eusse jamais pense
  16. Helas que de mal j'endure!
  17. La terre les eaux va buvant
  18. Amour, tu fais de nos coeurs
  19. Seigneur Dieu, ta pitie
  20. Voici la sayson plaisante
  21. Que de passions et douleurs

03De celui qui ne pense qu'en sa mie (Clément Marot 1497-1544))

    Toutes les nuits, je ne pense qu'en celle
    Qui a le corps plus gent qu'une pucelle
    De quatorze ans, sur le point d'enrager
    Et au-dedans un coeur (pour abréger)
    Autant joyeux qu'eu oncques damoiselle.
    Elle a beau teint, un parler de bon zèle,
    Et le tétin rond comme une groselle
    N'ai-je donc pas bien cause de songer
    Toutes les nuits?
    Touchant son coeur, je l'ai en ma cordelle,
    Et son mari n'a sinon le corps d'elle:
    Mais toutefois, quand il voudra changer,
    Prenne le coeur: et pour le soulager
    J'aurai pour moi le gent corps de la belle
    Toutes les nuits  

13Mignonne, allon voir si la Roze (Pierre de Ronsard 1524-1585)

               

Mignonne, allon voir si la Roze,
Qui ce matin avoit désclose
Sa robe de pourpre au soleil,
A point perdu ceste vesprée
Les plis de sa robe pourprée
Et son teint au votre pareil.

Las! las! voyez comme en peu d'espace,
Mignonne, elle a dessus la place,
Las! las! ses beautez laisse choir.
O ! vraiment maratre nature,
Puis qu'une telle fleur ne dure
Que du matin jusques au soir.

Doncques si me croyez, Mignonne,
Tandis que votre âge fleuronne
En sa plus verte nouveauté,
Cueillez, cueillez votre jeunesse:
Comme à ceste fleur, la viellesse
Fera ternir votre beauté.

15Las, je n'eusse jamais pensé (Pierre de Ronsard, version des Amours, CXLI, chanson)

Las, je n'eusse jamais pensé
Veu les ennuiz de ma langueur,
Que tu m'eusses recompensé
D'une si cruelle rigueur:
Mais puis qu'Amour me chasse à tort,
Ma seule alegence est la mort.

Si fortuné j'eusse apperçu
Quand je te vy premierement,
Le mal que j'ai depuis receu
Pour te servir loyalement:
Mon cuoeur qui franc avoyt vescu,
N'eust pas esté pris ne vaincu.
[...]