Site créé et maintenu par
Jean-Marc Warszawski

Discographie

 

    Sommaire du site    Retour

 

À propos du site
Sabonner au bulletin
Auteurs publiés sur le site
Statistiques du site

Annonces
Lèche-vitrine

Biographies
Bibliographies
Fiches thématiques
Articles et documents
Publications numérisées 

Analyses musicales
Cours d'écriture

Vu & lu sur la Toile
Brèves
Agenda
Logiciels
Presse internationale
Forums et listes

Colloques
Universités françaises
Universités au monde
Bibliothèques
Brèves universitaires
Quelques éditeurs
Quelques institutions

Nouveaux livres
Périodiques

 

Recherche sur DiscorEm

Mot exact


résultats par page

 

 Dallapiccola Luigi
1904-1975

01 / 57

 

 

Piccola musica nottura
Due studi
Divertimento in quattro esercizi
Quaderno musicale di Annalibera
Rencesvals
Ciaccona, Intermezzo e Adagio

Ensemble Recherche

ACCORD  202822 (1995)

Extrait de la notice de l'IRCAM

Né en 1904 à Pisino, mort à Florence en 1975. Il étudie le piano avec Ernesto Consolo, puis la composition au Conservatoire Luigi Cherubini de Florence avec Roberto Casiraghi, Corrado Barbieri, puis Vito Frazzi. Il se passionne pour le Pierrot lunaire qui le bouleverse lorsqu'il l'entend diriger par Schönberg au palais Pitti en 1924, mais aussi pour le Traité d'harmonie de Schoenberg qui lui offre des voies à défricher. Influencé également par Alban Berg, Ferruccio Busoni et Anton Webern, il utilise néanmoins la technique des douze sons différemment de ses prédécesseurs viennois et l'adapte en employant des intervalles dissonants, caractéristiques de la musique sérielle (secondes, septièmes, neuvièmes), mais aussi des intervalles consonants.

Les Canti di prigionia (1938-1941) constituent, outre le premier témoignage important sur la résistance au pouvoir, les premiers pas de Luigi Dallapiccola dans la dodécaphonie. Il prigioniero (1944-1948), son premier opéra, témoigne comme les Canti de son engagement contre le fascisme ; cet opéra court, (comme Erwartung de Schoenberg en 1924), est écrit pour grand orchestre, choeurs, orgue, des cuivres et un carillon en coulisse, et utilise parfois des haut-parleurs pour donner au son toute sa puissance : en 1948, c'est un geste hardi.

Dans les années cinquante et soixante, il affine sa manière sérielle d'inspiration weberienne (Cinque canti, pour baryton et huit instruments), adoptant même certains traits propres au sérialisme d'après-guerre ; mais son oeuvre ne sera jamais entièrement sérielle.

Sa dernière pièce majeure est un opéra d'après l'Odyssée d'Homère, Ulisse (1959-1968).

 

Index des discographiesPas de notice biographique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

01. Piccola musica notturna (1961) pour petit ensemble. direction Mark Foster (7'l5)

Due studi (1946-47) pour violon et piano. Melise Mellinger, violon, Sven Thomas Kiebler, Piano
02. Sarabande (6' 01)
03. Fanfara e Fuga (4'33)

Divertimento in quattro esercizi (1934) pour soprano et cinq instruments, sur des poèmes du Xlllème siècle. Sarah Leonard, soprano
04. I Introduzione (2'41)
05. II Ariette (2'40)
06. III Bourrée (2'04)
07. IV Siliciana (3'06)

Quaderno musicale di Annalibera (1952). Sven Thomas Kiebler, piano
08. I Simbolo (2'56)
09. Il Accenti (0'30)
10. III Contrapunctus primus (1'11)
11. IV Linee (0'45)
12. V Contrapunctus secundus (0'23)
13. V I Fregi (1'23)
14. VII Andantino amoroso e contrapunctus tertius (1'16)
15. VIII Ritmi (1'14)
16. IX Colore (1 l'01)
17. X Ombre (2'11)
18. XI Quartina (2'05)

19. Rencesvals (1946). Sur un extrait de la «Chanson de Roland» Towako Sato-Schôllhorn, soprano, Sven Thomas Kiebler, piano (9'46)

Ciaccona, Intermezzo e Adagio (1945-46) Lucas Fels, violoncelle
20. Ciaccona (6'39)
21. Intermezzo (2'21)
22. Adagio (6'16)

Références / musicologie.org